26 août 2009

MON AMI LOUIS

A trop parler il s'emportait. J'avais beau l'écouter le laisser faire, rien n'y faisait, il finissait toujours par des mots crut: Enculé, ta gueule et que sais je encore. Alors parfois lorsqu'il se mettait à siffler sa rengaine, contraste flamboyant on aurait dit du blanche neige. Quel drôle d'homme il était à la fois, tout penaud devant les femmes et "chartier" avec les hommes. J'en perdait mon latin et je m'amusai de lui. J'aimais l'emmener en boite de nuit afin qu'il puisse se faire entendre à travers la musique des... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 04:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 août 2009

JE L'AI VU

A chaque pas de géant un autre pas qu'il syncopait parfois avec un pas de fourmi. Tout cela dans un élans cadencé. On aurait pu mettre une musique de cirque ou de New Orleans. Cet homme au pantalon à carreaux monté comme sur des ressorts peau basané, cigare, melon de rigueur, armé d'une canne ou banjo que sais-je? d'ailleurs il a tourné le coin de la rue et s'en est allé.
Posté par pruvots à 03:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 août 2009

VEUVE BLANCHE ou REGINE

Assise sur une chaise elle attendait. Lent mouvement dans ses cheveux, geste en arrière, mèche blanche, elle soupirait... Quel âge avait-elle? Les temps la couvraient lourdement sur ses épaules frêle. A moitié nue dans le noir elle s'impatientait. Allait-il revenir la surprendre comme il le faisait tout le temps. Mais ce temps était loin, elle baissa les paupières. A chaque fois qu'elle remémorait ses traits elle lui soufflait son odeur. Les lettres rouges sur le réveil, lui fit perdre espoir. Elle se leva, puis se reposa... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 03:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 août 2009

TIRAGE

Quand la papesse est de carreau J'en tire une autre. As de trèfle, de quoi me faire rêver un peut... Et j'attend me concentre et retourne la dernière, tête en bas Cavalier de bâton, à en croire l'histoire, la fin ne sera pas drôle...
Posté par pruvots à 16:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 août 2009

UN MOT PEUT EN CACHER UN AUTRE.

Une rapière, un goupillon, que de mots mignon qui ne font plus fortune. Pourrions nous parler de stylos, de montre, mots plats qui ne résonne pas. Mobile est déjà plus inventif, plus descriptif. Mais Internet, le Réfrigérateurs de service made in US m'exaspère. Et comment dite vous? mail ou cou riel... Les mots peuvent être beau alors ne les gâchons pas, surtout qu'ils peuvent a eux seul, libérer une phrase, métamorphoser un contexte, lui donner un autre aspect. Alors fais-ont attention, et aillons du vocabulaire avant que je... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 03:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 août 2009

Petites phrases

J’aime le virtuel Car il me permet de caresser l’idée, De toucher l’esprit. Lorsque la folie rencontre la mort, C’est l’aliénation de la résurrection Amener l’abstraction par la couleur dans une peinture figurative, tel est mon but. Le chan du remor est le silence de la mortDes oreilles éphémères nous écoutes…A croire qu’il en fallait une autre pour avoir une autre…. Femme. C’est ceux qui réalise leurs rêves qui rêve le plus
Posté par pruvots à 02:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 août 2009

ELLE

  Douce ingénue L‘heure est venue de faire un tour. Lent est le chemin qui mène à Elle. Loin sont ses parent, Et le souvenir que j’ai d’Elle… A mi chemin entre la lune et le ciel, Voila que je commence, À rêver d’Elle.
Posté par pruvots à 02:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 août 2009

MA MUSE

  Tout me dit que c’est elle, Pareil à une statue de pierre. Elle se tais… Et pourtant les façons de faire, Me rappelle ce qu je sais d’elle. Elle me torture l’esprit, Gestes lents, lancinant, Jusqu’où? Jusqu’à quand? Je l’attend en vain. Et pourtant nos esprits se cherchent, S’en mêlent, je crois… A quand la délivrance. Ses sourires, se regard, sa voix... J’attend le jour où l’on se reverra
Posté par pruvots à 02:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 août 2009

MASQUE

  Dans la vie rien n’est plus beau que le rire d’un enfant. Ses éclats de rire jaillissent du tréfonds de son corps. Tant de haine, tant de peine autour de lui. Que son visage, frimousse radieuse m’ensorcelle.
Posté par pruvots à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]