27 septembre 2009

MACHINE A SOUS

Je m'amuse comme je joue c'est à dire virtuellement. Devant l'écran, à demi somnolent avec des gestes automatique je clique clique et re-clique indéfiniment, tout le temps. Musique lancinante, rythme trépidant. Mon regard hypnotisé par ses graphismes dorés, comme mes rêves d'ailleurs. Rêve abruti dans un automatisme infini,comme drogué. Et je claque 1000, 2000 euros dans la nuit sans fin. Au petit jour les dégâts sont grands, et je retombe en enfance, comme ce bébé qui dort après avoir eu le sein, Écoeuré mais content.
Posté par pruvots à 01:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 septembre 2009

DANSEUR NU A L'ENCRE DE CHINE SUR PAPIER AQUARELLE.

Dans la feuille dans bas Tracés larges au pinceau, Goutte d'eau. Gestes précis où fusionnent des traits. L'encre se délaie à travers le papier. Mouvement sec et précis qui définis l'ébauche. Croquis à la forme enlevé représentant un homme nu. Forme noir sur fond blanc et grain de la feuille. Le torse est diagonale, les pieds bien campés, l'expression du visage noyé, les bras élancés, la pose est belle, ce petit déhanché. Le tout donne une expression de mouvement. Étonnant!
Posté par pruvots à 20:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2009

A CHACUN SON TRESOR

Pétales de fleurs, raidies séchées, dans un bocal sur une étagère à portée de main. Quelques vieux livres de recette aux papiers jaunie presque cassant. J'aime cette odeur de vieux, quelques toiles d'araignées dans ce grenier. La lumière et juste, on peut distinguer ses mains. Rayons de lumière à travers un fenestrons vitre brisée par le temps. La poussière ronge les meubles et chaque pas remuent des particules. Mon regards se pose sur une horloge couchée en panne de son. Les tomettes du sol son fraîche. Mes pieds nus... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 01:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2009

CONTEMPLATION NOCTURNE

  Comme assis à une table, il contemplait le vide ou le reflet dans sa petite cuillère. Il grimaça sorti sa langue. Canine jaune lèvre coupé, mal rasé. La tasse était vide depuis bien longtemps, quelques gouttes sur la toile ciré. Son haleine de café arrosé était pourtant encore tiède. Les grains de sucre l'avait rendu moins amère. La lumière éclairait à peine, la pièce sombre. Le bruit d'une mouche zigzaguait dans l'air. Allait-il attendre le début du jour. Ses doigts fébrile sur une clope, il l'apporta à la hauteur... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 03:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]