27 septembre 2010

LE SOLEIL M'A DIT: « Tout finira bien par sécher... »

Il s'arrache les ongles les ronges Une fois le bout des doigts mouillés rougis, il dégluti Ses yeux derrières ses mains contemple un espace trop grand trop voyant, trop et trop plein à la fois. Il voudrait se cacher s'échapper Ses dents mastiquent le vide déséspérémment La peau...sa prison. Toute son énergie acide maintenant attaque la chaire Le sang ruisselle puis déferle. Il se cache derrière deux moignons Mais quand va t-il cessé de penser? Souffrance solitaire d'un être rempli d'une peur sans nom...  
Posté par pruvots à 04:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 septembre 2010

SOUVENIR DANS UN MATIN D'ETE

Pâle fraîcheur d'élavé d'un matin Loin ou prêt tes lèvres sont rouges claires Mes mains serrent le vide Espace sans vie attisé par le rêve je me réveil anxieux Bon dieu tes yeux Mes mains cherchent derrières cette ombre Sous l'oreiller ma chaire trouve un coin frai Le temps est beau Des larmes coulent dans le triste reflet de ton ombre. Premier cri d'oiseau première chaleur Je m'étend, me lève solitaire Le regard coule à chaque nouvelles lueurs Lourde chaleur, sueur Les cheveux me colle aux draps. Foutu été lorsque... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 04:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2010

TROP TÔT... TROP TARD.

Perdu à jamais dans les limbes. L'homme enfant esseulés retiré de la vie, semble se confondre dans la nature d'un ciel effacé. A quand 'atterrissage Le retour sur la terre tant convoité. Les vents le retiennent dans l'aire Il a l'aire de si plaire. Pourtant il continu de vivre Même si semble t-il, le destin le lui a volé. Son regard s'ouvre au monde qui l'entoure Ses rêves flottent comme en pleine mer Son esprit nomme ses nouvelles sensations pendant que sa main cherche le plus fidèlement à les retranscrire Son esprit... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 21:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 septembre 2010

COMMENT EVITER LA MORT?

Les paroles se confondent Phrases, gestes Les plus sensible s'effacent Leurs pudeur noient leurs âmes Le regard fixe le corps las Il détourne la tête son coeur raisonne Attendre sa dernière heure seul... Atteindre du bout des doigts la chance d'un autre corps lente grimace fuite inaccessible Les traits amère il cherche. Mais la nuit l'enterre. Dans le dernier acte il feinte comme dans un dernier soupir. Sur ses lèvres l'exquis d'un sourire rigide.
Posté par pruvots à 03:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 septembre 2010

BOUQUET

Les fleurs jetées en pluie dans le pot de terre cuite Semblait être figées dans une lente agonie.   Nuages de corolles Masse secrète Poussait dans un amas de feuilles sèches. Des tiges aux formes pleines pendaient jusqu'à terre. D'autres plus fines restaient plantée là... droite triste.   Le bord du pot inondé de chlorophylle dégageait une odeur unique fétide.   Trace d'ombres Terres sombre Tache d'ocre cuite rappelait la touche encore fraîche d'un pouce.   Empreinte rousse tassant,... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 03:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]