La terrasse encore humide,

Scintille dans le jardin.

Les spots, tracent des diagonales,

Allant du rouge au blanc,

En passant par le noir.

 

Son visage lumineux

Forme une ombre démesurée.

Digne, de son visage acéré.

Il avance dans l'herbe mouillée.

 

Des éclats ricochent,

Au dessus de la fontaine.

Serpentins, confettis,

Recouvrent fleurs et arbres.

 

Tout est calme.

Pourtant le bruit d'une musique lointaine.

Boucan, des gents,

Qui passent dans le temps.

 

Maintenant.

Le bruissement d'un mulot,

Dans la haie,

se glisse entre les feuilles sans bruit.