30 juillet 2011

SUICIDE

Sans rapport à ce visage Assouvi, mais plein d'amertume sauvage Qui quelques fois semble sourrire, Sous l'ombre d'un rejet Qui soufle et qui expire La lune se creuse. L'inconnu, assorti d'une mine imparfaite, Ressemble étrangement, Aux reflets d'un spectre lointain. Lhomme à la redingotte est parti, seul. La silouhette, de son chapeau haut de forme, Sépare la lueure ronde de la nuit. Ses pas sont vides. Il va dans la rue, Marchant toujours plus loin, Serrant les poings. Enfin la Seine coule Sur le pont, il s'arrête, ... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 23:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 juillet 2011

PENDU!

Le noeud coulant, Passe entre tes doigts, Pendant qu'un regard discret, Saisit la scène. Dernier cri, Qui d'un son maudit, Eclatera, Pendant que l'oeil, S'éteind dans un pourpre de jadis. Ta langue passe sur tes lèvres bleutées. Ton corps s'agite tel une hirondelle. Sache qu'une fois, L'homme paraissait rire dans les aire. Hilard, la tête basse, le tein verdatre. Le ciel s'éclaire d'un rose pâle. Le pantin s'afolle au bout de la corde.  
Posté par pruvots à 08:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 juillet 2011

A SA FENÊTRE

Forger l'inocence malveillante, D'une sensation non fondée. Mélangée, comme dans tes cheveux. Cette broche qui attachée, Comme un rythme symbolique, D'une empreinte imagée, Dans ta chevelure liée. Sourrire en coin. Visage aux multiples facettes. Tu regardes, Derrière cette grande fenêtre, Ouverte. Ecoutant le son de cette dernière chanson. Complainte sans cesse recomancée. Dans la monotonie de la vie. Pourtant intérieurement, Tu trouves ton coin de paradis. Fin de la musique. Ton esprit reprend le réelle, Les... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 06:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juillet 2011

CONDUITE ACCOMPAGNEE

Il recherche le son qui fera vibrer l'arc, Celui de l'angelos de l'amour. Quelques pas dans la rue, Vue, reconnue. Il se tourne. Où plutôt non elle se retourne, Féérie de l'écrit. L'entrâve de ses bras, N'est pas comme dans son rêve. Pourtant elle s'accroche pour coller à sa vie. Il veut respisrer! Pensant en fermant les yeux, Qu'il ferait ça, et ça! Pour lui plaire. Une fois ses yeux ouverts il bat de l'aile, désepère, Et prend sa voiture. L'amour est pour lui comme un sens giratoire, Mais toujours, il le conduit... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]