24 octobre 2010

LAND ART DANS LA CITE 2 (Herbe).

Dans un espace déterminé. L'endroit, l'envers inversé. Il traine du pied. L'herbe s'abaissent, Aux rythmes des pas. Graphisme. Tourne, tourne, tourne... Endroit, envers, Comme un soleil, Au milieu du système herbeux qui se dressent; Longues tiges souples. Le vent berce le tout, Dans un tourbillon dut aux ombres sombres, Qui sont les immeubles qui nous entourent.
Posté par pruvots à 11:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2010

LAND ART DANS LA CITE (terrain vague).

Ligne L'oeil pointe, la terre. Tracés en creux forment la courbe du terrain, Pour aller ce perdre dans l'aire  abstraite, D'une architecture, Gros cubes.
Posté par pruvots à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2010

DEMAIN PEUT-ÊTRE?

Enfermé comme en muréje ne sais plus ou allerPeut-être encore avec un peut d'espoirLes dates défilent, et le temps passe.Derrière ce grand rideau noir.Il y a des moments de doute,Des instants de panique.Mais coule coule le temps.
Posté par pruvots à 19:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2010

DANS UN RAYON

Mes pas me guide Dans les allées rempli d'article Je recherche avec peine le mien Lorsque mes sensations me guident Inconsciemment mes yeux la fixe Mon coeur bat la chamade Je n'ose l'aborder Pourquoi? Parce que je n'ai pas suivis mes sentiments Et que je pensais à Libellule Car j'espère trouver un jour l'amour Avec elle
Posté par pruvots à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2010

PORTRAIT PEINT

Chaque bleus de son oeil, crée l'unité. J'entoure le sourcil, pénombre assuré. Le regard grave, il contemple le fond. Frottant avec la brosse les zones d'ombres.La masse de la chevelure tombe en cascade, Sur la nuque, puis  le haut du dos, Recouvrant ses épaules. Long cout de pinceau traçant l'ovale du visage. Maintenant je m'attarde a dessiner les courbes des lèvres. Les joues creusés, le nez exprimé, par trois coups de brosse bien affirmé. Je me recule de trois pas, me met face à la toile et observe, le détail qui... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 06:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2010

FOLIE

Comme dans un asile,Impression hystérique.Boite sans fond,Où s'enfonce les démonsLa tête de l'"empaillé",Se cogne une dernière fois,Contre un mur invisible.On peut lire sur son crâne rasé,Imbibé dans ses pansements;Du sang...La dernière goutte tombe.Larme salée de l'oeil hébété.
Posté par pruvots à 20:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 octobre 2010

BANLIEUE

Venir se noyerdans l'opacité des immeubles neufs.Attiré par des myriades de lumières.La nuit ballade ses ombres,La nuit ballade ses ombresdans un dernier cri,L'écho s'étouffeContre les barrières qui l'entoure.
Posté par pruvots à 20:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 octobre 2010

JE NE SAIS

Indécis dans la nature il s'écarte des fruits trop mures Les feuilles vertes et or lancent des lumière de ténor Le milieu est triste, sans vie. Seule les fleurs s 'épanouissent délivrant leurs parfums sucrés à travers l'aire austère d'un coquillage nacré.
Posté par pruvots à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 septembre 2010

LE SOLEIL M'A DIT: « Tout finira bien par sécher... »

Il s'arrache les ongles les ronges Une fois le bout des doigts mouillés rougis, il dégluti Ses yeux derrières ses mains contemple un espace trop grand trop voyant, trop et trop plein à la fois. Il voudrait se cacher s'échapper Ses dents mastiquent le vide déséspérémment La peau...sa prison. Toute son énergie acide maintenant attaque la chaire Le sang ruisselle puis déferle. Il se cache derrière deux moignons Mais quand va t-il cessé de penser? Souffrance solitaire d'un être rempli d'une peur sans nom...  
Posté par pruvots à 04:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 septembre 2010

SOUVENIR DANS UN MATIN D'ETE

Pâle fraîcheur d'élavé d'un matin Loin ou prêt tes lèvres sont rouges claires Mes mains serrent le vide Espace sans vie attisé par le rêve je me réveil anxieux Bon dieu tes yeux Mes mains cherchent derrières cette ombre Sous l'oreiller ma chaire trouve un coin frai Le temps est beau Des larmes coulent dans le triste reflet de ton ombre. Premier cri d'oiseau première chaleur Je m'étend, me lève solitaire Le regard coule à chaque nouvelles lueurs Lourde chaleur, sueur Les cheveux me colle aux draps. Foutu été lorsque... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 04:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]