06 juillet 2012

PETIT SOMME

Etendus, las, Comme agonisant. La respiration forte Il est allongé dans l'herbe Des ombres d'arbres le recouvre Une brise éparpille ses fins cheveux Les yeux clos Une brindille à la bouche il pense, Non plutôt Il rêve A ce qu'il fera demain Et demain, il le sait Il sera là. Le corps fatigué laissant défiler ses idées Comme passe les nuages, Dans ce ciel étoilé  
Posté par pruvots à 22:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 juin 2012

MA VOISINE

De l'espoir Pendant une nuit noirOu même la luneS'efface derrière des nuagesEt oui la nuit est noirMais ma vie pleine d'espoirSeul la lumière d'une lampeMe reste fidèleElle m'appaiseJ'attend tout en écrivantCe petit jourQui me rappelera Où tout est possibleOù peut-être encore une fois je la verrais ElleQue je croise tout les matinsEn sortant de chez moi.
Posté par pruvots à 17:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]
27 février 2012

PERE LA CHAISE

J'irai me recueillir Au prêt de ce maronnier Ses feuilles oranger Aurons peut-être recouvert la tombe Mais je la retrouverais Parmis le nombre. j'irai chercher de l'eau pour la nettoyer Retrouver ses noms gravés Ici gît..., J'espère encore pour longtemps Celui de mes grand parent Paternelle. Peut-être aurais-je cet année, Des fleurs pour la fleurir Laissant une trace de vie, Un message de mon passage A cet endroit qui aussi, Sera peut-être le mien.  
Posté par pruvots à 18:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2011

ON APPLAUDIT?

La rue chante ses louanges Il respire, Sur un banc il médite. Devant lui des pigeons. Du monde passe, Respiration, Encore une... Il la regarde, elle le contemple. Les regards se croisent. Mais aucun deux n'osent dialoguer. Le temps reprends ses droit, Le monde continu de tourner. Seule sur son banc, Est-il condamnée?
Posté par pruvots à 21:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 octobre 2011

AVEC PASSION MON AMOUR

La plus belle est la grâce, Lorsque tes yeux coulent sur le velour de tes lèvres. A jamais je t'aimerais, Amie fidèle. Je te voie dans mes rêves. Le bonheur s'entrouvre comme ta bouche, Murmure des mots d'amours; A mes oreilles...
Posté par pruvots à 19:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 septembre 2011

CARTE DE VOEUX 2007

Nouvel an. Cafard avec un "d". Renonce fatidique, Annonces refoulées. Amour renouvelé. Enfin bonne Année. A nouveau, amitiées retrouvées.  
Posté par pruvots à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2011

LE GUETTEUR SOLITAIRE

L'homme dégarni, S'extirpe de son siège Il semble guetter par la fenêtre. Paysage urbain, rien... Il se retourne et se dirige vers la porte. Trois pas, un bruit de voiture. Sur la route passe une DS... passe. Il se détourne. Sa main se pose sur la rambarde. Un mugissement de mobylette l'arrête. Le bruit entre dans la pièce. Le bolide file. La fenêtre toujours ouverte, Laisse passer un courant d'aire. Il se rassoit. Peut-être qu'il y aura... Un gazouillement d'oiseau travers l'aire. Puis à nouveau rien. Le temps... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 23:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 août 2011

FILLE DE JOIE

Niez le, Réquiem des plus belles valseuses. Ses corps chauds que l'on redemandent. Non pas ces pucelles, Mais plutôt celles qui t'envoient en laire, De ces anges là, Pour qui même Belzebuthe se laisserais prendre. Ah! Les joyeuses; Les putes.
Posté par pruvots à 01:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2011

RENDEZ-VOUS

Je ne marche pas par paire. Pourtant, Je voudrais tant lui plaire... Comme dans le rythme, D'une musique, Afollée, La silouette d'une brune, Me cherche. Je l'attends Impatient. Elle me voit. Je lui sourrie, Prêt à l'union. Comme pour tisser un filin, Entre elle et moi... Elle m'observe, Ce rapproche de moi. Et viens le barratin. Dialogues. Bien être. Mais l'espace se dessère. Le fil rompe. Le temps presse. Les dernières parôles, Cassent et n'osent sortir. Dernier mots, Tendre baiser. A la prochaine.  
Posté par pruvots à 21:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 août 2011

ASSASSIN

Prendre la fin pour compagne. Une tâche de sang, Se dessine sur le tranchant, D'une lame fine. Le couteau, s'aiguise, S'effile, Dans la chaire. Le lit du ruisseau. Les bulles du lombrics, S'éparpille dans la nuit. Raclement strident. Les fers s'entrechoquent. L'acier à trempé, Il faut payer. Déjà il rançonne L'homme. Puis, inversant le mouvement, Parant le coups bas, Il tourne les talons. Part dans un rire strident. Laissant croire à sa victime, Une fuite possible. Mais dans un éclaire. L'homme ce tétanise. La... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 02:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]