07 août 2011

ASSASSIN

Prendre la fin pour compagne. Une tâche de sang, Se dessine sur le tranchant, D'une lame fine. Le couteau, s'aiguise, S'effile, Dans la chaire. Le lit du ruisseau. Les bulles du lombrics, S'éparpille dans la nuit. Raclement strident. Les fers s'entrechoquent. L'acier à trempé, Il faut payer. Déjà il rançonne L'homme. Puis, inversant le mouvement, Parant le coups bas, Il tourne les talons. Part dans un rire strident. Laissant croire à sa victime, Une fuite possible. Mais dans un éclaire. L'homme ce tétanise. La... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 02:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juillet 2011

SUICIDE

Sans rapport à ce visage Assouvi, mais plein d'amertume sauvage Qui quelques fois semble sourrire, Sous l'ombre d'un rejet Qui soufle et qui expire La lune se creuse. L'inconnu, assorti d'une mine imparfaite, Ressemble étrangement, Aux reflets d'un spectre lointain. Lhomme à la redingotte est parti, seul. La silouhette, de son chapeau haut de forme, Sépare la lueure ronde de la nuit. Ses pas sont vides. Il va dans la rue, Marchant toujours plus loin, Serrant les poings. Enfin la Seine coule Sur le pont, il s'arrête, ... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 23:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 juillet 2011

PENDU!

Le noeud coulant, Passe entre tes doigts, Pendant qu'un regard discret, Saisit la scène. Dernier cri, Qui d'un son maudit, Eclatera, Pendant que l'oeil, S'éteind dans un pourpre de jadis. Ta langue passe sur tes lèvres bleutées. Ton corps s'agite tel une hirondelle. Sache qu'une fois, L'homme paraissait rire dans les aire. Hilard, la tête basse, le tein verdatre. Le ciel s'éclaire d'un rose pâle. Le pantin s'afolle au bout de la corde.  
Posté par pruvots à 08:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 juillet 2011

A SA FENÊTRE

Forger l'inocence malveillante, D'une sensation non fondée. Mélangée, comme dans tes cheveux. Cette broche qui attachée, Comme un rythme symbolique, D'une empreinte imagée, Dans ta chevelure liée. Sourrire en coin. Visage aux multiples facettes. Tu regardes, Derrière cette grande fenêtre, Ouverte. Ecoutant le son de cette dernière chanson. Complainte sans cesse recomancée. Dans la monotonie de la vie. Pourtant intérieurement, Tu trouves ton coin de paradis. Fin de la musique. Ton esprit reprend le réelle, Les... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 06:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juillet 2011

CONDUITE ACCOMPAGNEE

Il recherche le son qui fera vibrer l'arc, Celui de l'angelos de l'amour. Quelques pas dans la rue, Vue, reconnue. Il se tourne. Où plutôt non elle se retourne, Féérie de l'écrit. L'entrâve de ses bras, N'est pas comme dans son rêve. Pourtant elle s'accroche pour coller à sa vie. Il veut respisrer! Pensant en fermant les yeux, Qu'il ferait ça, et ça! Pour lui plaire. Une fois ses yeux ouverts il bat de l'aile, désepère, Et prend sa voiture. L'amour est pour lui comme un sens giratoire, Mais toujours, il le conduit... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juin 2011

LA PLAGE UN SOIR

La mer se fond, A chaques nouvelles vagues, Dans le sable. La nuit ce confond dans l'horizon. Devant l'obscuritée, Pourtant tes yeux me regardent. Main dans la main Nous barbotons dans l'eau salée. Nos pieds s'enfoncent à chaques pas. Les étoiles luisent dans tes yeux. Mon amour, nous semblons si heureux. Le reflet de la lune glisse sur l'eau. Nous regardons son reflet. Le peu de lumière nous émerveille. La brise est douce, salée, Nos lèvres ce cherchent. Nos doigts se serrent. Nous retournons dans les dunes. A peine... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 16:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2011

LA TOILE BLANCHE

Cela faisait quelques temps qu'il n'y arrivait plus, il lui manquait l'idée, il en avait l'envi mais il n'avait plus d'originalité.D'abord les jours passèrent puis ce fus les semaines et bientôt le mois, sans peindre. En fait non il peignait il bredouillait la peinture en commençant des toiles sans les finir, gettant des traits sur des feuilles, mais sans réelle certitude, et rien n'aboutissait. Il commençait à devenir irritant et ça femme senti son agacement. Elle connaissait ses momments de doutes que son homme avait de temps en... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mai 2011

ENFIN DELIVRE

Mon sommeil c'est fait en clin d'oeil, Tel un premier né. J'ai dormi tout mon saoûl! J'ai rêver, cette nuit, je m'en rappelle encore. Les images sont nets, et les sensations toujour aussi forte. Au reveil tout était si réel. J'étais présent. Chaques nuits maintenant seront ainsi. Fini les troubles du sommeil, Ses réveils sans fin. Ses yeux qui se referment et ses pensées obscures. Fini cette sensation de solitude, Ses troublent obsessionnelles indéfinassablent, Si présent lors de ses momments interrieur, si fort. Plus... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2011

MERCI LAURENT

C'est soleil aujourd'hui. Le ciel est bleu, Mes sombres pensées disparessent. A force de broyer du noir Le noir à disparu. Ce mal étrange qui m'engluait Tel ce petit moucheron, Dans cette grande toile d'araignée, Qu'était ma vie. Files qui s'entrecroisaient d'espoir, De rencontre futur, passée. Mais était-elle déjà tissée? En tout cas, aujourd'hui, Est un jour nouveau, Car ici, il fait beau.
Posté par pruvots à 10:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mai 2011

QUE SUIS JE PARMIS EUX?

Le néans sape la bêtise, Creuse, s'émancipe. Dans mon esprit, Contradiction, Entre ceux que je suis, Ceux qui m'entourent. Sentiments, ou sensations, De joie, de peur, du malheur... Où chavire la meute? « Déguerpire, vite! » « Avant qu'ils ne reviennent ». L'image s'agrandi Englobe un visage crispé. Des mots défilent autour de lui. Dialogues ou cris? Des gents le pressent. Plus le temps de fuir. Contre plongé, sur la foule en délire. Tout s'enmêle. Eux, le piétinent. Son corps emprisonné, Crache un ultime son. ... [Lire la suite]
Posté par pruvots à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]